En quoi le stockage saisonnier est-il un enjeu central pour notre futur système énergétique?

  • La Suisse produit un excédent d’électricité en été mais n’arrive pas à subvenir à ses besoins en hiver et doit donc couvrir ce déficit par des importations. Cette tendance ira vraisemblablement en s’amplifiant. Le transfert de cette électricité excédentaire estivale vers le semestre d’hiver par du stockage saisonnier réduirait notre dépendance énergétique envers l’étranger.

    Aujourd’hui, la Suisse couvre ses besoins en électricité de mai à octobre avec la production de ses centrales nucléaires et hydroélectriques. Un important surplus d’électricité est même exporté en juillet et septembre. Par contre, elle doit importer massivement de l’électricité pendant la saison d’hiver quand sa demande surpasse largement sa production [→ voir figure ci-dessous].

    Cette situation s’explique par un concours de circonstances défavorables. D’un côté la consommation d’électricité en Suisse est 20 à 30 % plus basse en été qu’en hiver, une différence essentiellement imputable à l’utilisation de chauffages électriques [→ Q 26]. D’un autre côté, la production électrique propre de la Suisse est actuellement 10-15 % plus élevée en été qu’en hiver, malgré la baisse de production de nos centrales nucléaires en été. Ceci est principalement dû au différentiel de production hydroélectrique des ouvrages au fil de l’eau, le débit des rivières étant bien plus important en été qu’en hiver en raison de la fonte des neiges.

    La mise à l’arrêt de nos centrales nucléaires, l’accroissement de la capacité hydroélectrique et surtout le déploiement de l’électricité solaire (photovoltaïque) va accroître cette asymétrie saisonnière. Nous aurons une difficulté croissante à couvrir nos besoins hivernaux en électricité, tandis que nous avons les moyens d’excéder notre demande estivale. Il y a de nombreux scénarios de transition énergétique dans lesquels nous allons accroître nos exportations d’électricité en été quand la demande et les prix sont bas, et nos importations en hiver quand les prix sont plus élevés.

    Si nous pouvions stocker cette électricité estivale excédentaire jusqu’à l’hiver suivant, nous pourrions accroître notablement notre indépendance énergétique, améliorer notre balance des paiements de l’énergie, et accroître la part d’énergie renouvelable (solaire) dans notre mix de consommation. Le stockage saisonnier reste néanmoins un défi de taille notamment au niveau économique [→ Q 73]

    Références : [1] [9] [138]

Other questions on this topic


With the support of